Mon compte Devenir membre Newsletters

Élections dans les TPE : en baisse, la CGT devance la CFDT et FO

Publié le par

Marquées par une abstention franche de plus de 90 % des électeurs, les élections syndicales dans les TPE voient la CGT conserver la première place, devant la CFDT et FO. Pourtant, les trois syndicats enregistrent une baisse par rapport à 2012. L'UNSA progresse fortement à 12,49 %.

Élections dans les TPE : en baisse, la CGT devance la CFDT et FO

Sur les 4,5 millions de salariés des TPE invités à s'exprimer pour élire leurs représentants syndicaux, un peu plus de 330 000 inscrits ont voté lors du scrutin organisé du 30 décembre 2016 au 13 janvier 2017.

Outre la très forte abstention (92,65 %), les résultats publiés vendredi 3 février par le ministère du Travail consacrent la CGT qui recueille 25,12 % des suffrages exprimés. La CFDT et FO suivent à la deuxième et troisième place avec respectivement 15,49 % et 13,01 % des votes exprimés. Surprise du scrutin, l'UNSA dépasse le seuil des 10 % avec 12,49 % et se positionne quatrième.

Cependant, en comparaison avec le précédant scrutin de 2012, la CGT (-4,42 %), la CFDT (-3,77 %) et FO (-2,24 %) reculent fortement et voient leur représentativité diminuer. À l'inverse, l'Union nationale des syndicats autonomes (UNSA) progresse de près de cinq points d'une élection à l'autre.


Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a salué les résultats et s'est félicité que "la CGT soit la première organisation syndicale avec un écart de 10 points par rapport à la seconde. Contrairement à ce que beaucoup disent, ces résultats montrent que la CGT s'adresse à tous les salariés et y compris parmi les très petites entreprises".

De son côté, l'UNSA s'est réjoui, dans un communiqué, "d'enregistrer la plus forte progression" et d'être "la seule organisation à améliorer son score en pourcentage comme en voix."

Si ces élections permettent aux salariés de désigner leurs représentants syndicaux, qui participeront eux à à la désignation des conseillers prud'homaux, le scrutin permet pour la première fois depuis la loi Rebsamen, de choisir les représentants de salariés qui siègeront au coeur des commissions paritaires régionales interprofessionnelles (CPRI).

Mises en place dès le 1er juillet 2017, les CPRI ont pour objet de conseiller salariés et employeurs sur le droit du travail.


)