Mon compte Devenir membre Newsletters

Montrez "patte verte" à vos clients

Publié le par

Pour attirer de nouveaux clients, le label RGE est primordial. D'autant que la rénovation prend actuellement le pas sur la construction de bâtis. Ne manquez pas le train en marche.

Montrez 'patte verte' à vos clients

L'artisan 2.0 doit tenir compte des contraintes environnementales dans l'exercice de son métier pour attirer de nouveaux clients. " Il y a une prise de conscience des professionnels, qui se rendent compte qu'il n'y a pas de salut en dehors de leur passage sous la marque RGE, d'autant que la rénovation prend le pas sur la construction neuve dans les chantiers ", observe Mickaël Micmacher, dirigeant de l'organisme de formation à l'écoconstruction Ifeco. Créé par le Grenelle de l'environnement en 2007, le label Reconnu garant de l'environnement (RGE) n'est autre qu'une mention attribuée aux professionnels attestant de compétences écoresponsables, justifiées en pratique par des chantiers. Et ce, dans deux domaines : l'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments d'une part, et l'installation d'équipements utilisant les énergies renouvelables d'autre part.

Comment les artisans peuvent-ils briguer l'appellation RGE ? Pour ceux qui bénéficient d'une qualification préexistante, comme Éco-artisan, créée par la Capeb, ou encore Pro de la Performance Énergétique, émanant de la FFB, la marque RGE vient automatiquement compléter la certification déjà acquise. Pour peu, bien sûr, que l'on puisse justifier du suivi des formations nécessaires (FEEbat : Formations aux économies d'énergie dans le bâtiment) et de la réalisation de chantiers conformes aux exigences environnementales.

Une garantie pour les clients

Pour obtenir le label RGE, il faut choisir tout d'abord le domaine dans lequel l'entreprise sera certifiée. Parmi les organismes certificateurs, on trouve Qualibat, Qualifelec et Qualit'EnR, chacun relevant de domaines précis. Qualibat peut ainsi délivrer le label pour une cinquantaine ­d'activités liées à l'efficacité énergétique ou aux énergies renouvelables. Qualifelec est compétent pour les installations électriques. Tandis que Quali'EnR certifie les installations de chauffage solaire thermique, photovoltaïque, bois ou aérothermie-géothermie.

L'entreprise artisanale qui souhaite devenir RGE doit désigner un référent qui peut être soit le dirigeant, soit un salarié, lequel va suivre la formation FEEbat nécessaire. " Depuis le 1er janvier 2015, la formation a été concentrée sur trois jours au lieu de quatre ", explique Mickaël Micmacher. Quant au contenu, il aborde l'offre globale d'amélioration énergétique des bâtiments, les techniques pour améliorer la performance thermique ou encore la maîtrise des logiciels d'évaluation de l'efficacité des travaux d'économie d'énergie. " Un professionnel formé doit donc être à même de conseiller ses clients sur toutes les solutions utiles pour améliorer la performance énergétique de son habitation ", indique Michel Brochu, président de la Capeb Pays-de-la-Loire.

Une certification de visibilité

Le dossier en vue d'obtenir la marque RGE comprend des attestations de travaux liées à la qualification sollicitée, ainsi qu'une liste des chantiers effectués dans les dernières années, entre autres documents. Pour obtenir la mention, les artisans doivent accepter d'être audités sur l'un de leurs chantiers récents. " Souvent, les artisans qui sortent de formation imaginent qu'ils vont être labellisés automatiquement, observe ­Mickaël Micmacher. Or, le montage d'un dossier prend du temps. Il faut contacter différents organismes pour obtenir des attestations, notamment l'Urssaf. Aussi, nous proposons le service baptisé Allo RGE, d'accompagnement des entrepreneurs dans le montage de leur dossier, jusqu'à obtention de la marque. " Une fois obtenue, la mention RGE est valable quatre ans et le coût réclamé par les organismes certificateurs est d'une centaine d'euros minimum par an, selon l'activité concernée. Il faut également ajouter le coût des formations qui sont, elles, prises en charge par les organismes paritaires collecteurs agréés.

Au final, le label RGE agit comme une garantie des compétences environnementales de l'artisan auprès de ses clients. L'artisan bénéficie, par ailleurs, d'une plus grande notoriété, grâce à sa visibilité sur les sites web des organismes certificateurs.

Trois aides financières pour les particuliers

* L'Éco-prêt à taux zéro. Il est accordé par les banques pour la réalisation d'un bouquet de travaux comprenant au moins deux types de travaux dans les catégories isolation thermi­que des toitures, murs extérieurs ou parois vitrées, et installation de chauffage ou production d'eau chaude. À défaut, les travaux réalisés doivent permettre d'atteindre un certain seuil de performance énergétique déterminé par une étude thermique.

* Le Crédit d'impôt transition énergétique. Il s'applique à l'achat et à la pose d'équipements respectueux de l'environnement (ex. : chaudières à condensation).

* Le Certificat d'économie d'énergie. Toute personne faisant des travaux d'économie d'énergie a droit à une compensation financière proportionnelle aux économies d'énergie générées, sous réserve de respecter certains critères techniques d'éligibilité.

)