Mon compte Devenir membre Newsletters

La filière chanvre en quête de reconnaissance

Publié le par

En marge du développement de l'écoconstruction, la filière chanvre s'appuie sur cette dynamique pour convaincre de nouveaux clients. Alliant des performances thermiques et hydriques avantageuses, le chanvre a tout pour plaire, à condition de savoir se vendre.

La filière chanvre en quête de reconnaissance

L'engouement pour les matériaux biosourcés dans le bâtiment passera-t-il par l'utilisation du chanvre ? C'est en effet l'espoir de tout un pan de la profession déjà investi à faire de cette ressource un des produits phare du bâtiment de demain. "La filière chanvre est encore marginale mais elle se destine à grandir et à se développer rapidement. C'est un produit prometteur qui n'a pas d'équivalence sur le marché", plaide Jean-Marc Naumovic, président de l'association Construire en chanvre.

Signe du poids croissant pris par le produit ces dernières années, le chanvre constitue le matériau biosourcé - à l'exception du bois - le plus utilisé par les professionnels du bâtiment pour la construction, selon une étude interrégionale menée par Nomadéis, datée de septembre 2015. Plus d'un tiers des artisans utilisant des agromatériaux (37 %) de neuf régions françaises déclaraient en avoir déjà mis en oeuvre sur leurs chantiers.

Pour preuve également, le ­millier de projets de construction ou de rénovation à base de chanvre lancés, chaque année, sur le territoire. "La croissance annuelle prise par le chanvre dans le bâtiment est de l'ordre de 20 %", ajoute Jean-Marc ­Naumovic, également architecte de profession.

Un succès alors que les matériaux biosourcés s'illustrent toujours davantage dans le secteur, portés par une prise de conscience politique et citoyenne de l'intérêt d'un bâtiment durable.

Des atouts hygrothermiques indéniables

Malgré cet élan, les professionnels impliqués se doivent de convaincre des bienfaits du chanvre dans la construction. Au premier plan duquel, les clients, susceptibles de se tourner vers ce produit atypique. "Si, bien souvent, la démarche est réalisée par les clients, c'est également à nous de leur proposer", préconise Alexis Allard, artisan spécialisé dans la restauration du patrimoine en Charente. "Avec le chanvre, le retour sur investissement est certain car la durée de vie du matériau est bien plus longue que les autres. Pour la majorité de mes clients, ça s'inscrit soit dans une démarche d'apport de valeur ajoutée à du patrimoine ancien, soit à un projet de transmission."

Un objectif pour lequel les artisans spécialisés, mais également l'ensemble de la filière - architectes, maîtres d'oeuvre, fabricants - s'attellent. "Nous avons un rôle de prospection et de communication à réaliser auprès du grand public pour les convaincre de l'intérêt de construire en chanvre", assure Daniel Bayol, maître d'oeuvre au bureau d'études varois, DB Chanvre Construction. "Nous devons également les rassurer sur la qualité du produit et ses nombreuses particularités", renchérit Jean-Marc Naumovic, pour qui l'aspect principal se situe dans l'amélioration globale du confort de vie.

Le chanvre, outre sa bonne résistance thermique, se distingue par des caractéristiques hygrothermiques complémentaires efficaces. "Avec le chanvre, l'hygrométrie de la construction est parfaitement régulée tout au long de l'année. Cela évite donc l'apparition de bactéries, moisissures ou champignons dans l'habitat. La qualité sanitaire du bâti s'en trouve largement améliorée", précise l'architecte.

"Se démarquer en proposant un style de construction alternatif"

À la tête d'une jeune équipe de neuf salariés, Sébastien Turcaud s'est laissé convaincre il y a un an par le béton de chanvre. Après avoir suivi une formation dispensée par Construire en Chanvre, l'entrepreneur vendéen s'est donc attelé à la réalisation de sa première maison. "C'est une construction exclusivement en chanvre , précise-t-il. Des sols aux murs en passant par la toiture, nous nous sommes investis à fond dans ce chantier qui constitue un exercice pratique innovant."

Et le résultat est "bluffant ", selon Sébastien Turcaud, qui vante les qualités thermiques, hydrique et phonique du matériau : "Il y a une qualité de vie et un confort à l'intérieur de l'habitat qui est sans commune mesure avec les autres types de construction."

Un intérêt lié également à la volonté du gérant de la SARL Sotumac de se démarquer de ses confrères artisans. "Aujourd'hui, il y a une réelle dynamique vers les matériaux biosourcés. Nous devons en profiter pour d'une part, se démarquer de la concurrence et d'autre part, proposer un style de construction alternatif."

Repères
Raison sociale : SARL SOTUMAC
Activité : maçonnerie, couverture
Siège social : Cheffois (Vendée)
Année de création : 1980
Dirigeant : Sébastien Turcaud, 45 ans
Effectif : 9 salariés
CA 2016 : 1 M€


Découvrez la suite en page 2.

)