Mon compte Devenir membre Newsletters

Le bâtiment continue sur sa lancée

Publié le par

La reprise de l'activité dans le bâtiment depuis le second semestre 2016 se poursuit, selon la FFB. Si les mises en chantier dans le neuf progressent largement, l'amélioration-entretien fait mieux que prévu. Signe de la dynamique engagée, l'emploi dans le secteur profite également de la tendance.

Le bâtiment continue sur sa lancée

" Quand le bâtiment va, tout va ". Si l'expression reste à confirmer à moyen terme, une chose est sûre : le secteur du bâtiment se porte de mieux en mieux. En fin d'année dernière, la Fédération française du bâtiment (FFB) espérait une croissance globale de l'activité (en volume) à 3,4 % pour 2017, elle dépassera finalement les 4 %.

À l'instar des derniers trimestres, c'est le logement neuf qui porte la dynamique globale du secteur. Sur les sept derniers mois, les mises en chantier de logements neuf progressent de 8,9 %, aussi bien dans le logement individuel (13,4 %) que collectif (17,4 %). D'autre part, le marché de l'amélioration-entretien, jusqu'ici en berne, repart également à la hausse. D'après la FFB, les soldes d'opinion sur les perspectives d'activité s'améliorent nettement quelle que soit la taille des entreprises. Une première depuis 2011.

Preuve du dynamisme affiché et de la confiance retrouvée des dirigeants, l'emploi redémarre. Avec 15 900 postes nouvellement créés sur le seul premier semestre 2017, les créations d'emplois se poursuivront jusqu'à la fin d'année. La Fédération prévoyant même 10 000 postes (intérim inclus) sur les six derniers mois.

Toujours est-il que le constat de disparités régionales persiste. Si l'accélération se diffuse sur la quasi-totalité du territoire métropolitain, l'organisation détaille que la situation dans les zones d'outre-mer "ressort nettement moins bonne" du fait de la baisse du nombre de logements autorisés (- 4,5 %) et de la stabilisation des mises en chantier (+0,7 %).


Des risques d'inflexion

Pourtant, la Fédération française du bâtiment fait part de ses inquiétudes concernant un risque d'inflexion qui porterait atteinte à la dynamique actuelle. Le repli constaté dans la vente de logements neufs, associé au nombre de crédit immobiliers accordés fait craindre, à juste titre, un retournement de la future situation du secteur à l'avenir.

Jacques Chanut, son président, met en garde également sur les risques qui pèsent sur le secteur de l'immobilier, après l'annonce des premières mesures du gouvernement. Fiscalité de l'immobilier, évolution du PTZ ou du dispositif Pinel laissent la Fédération dans l'expectative. "Dans un marché qui s'infléchit déjà, il importe de ne pas jouer aux apprentis sorciers. La reprise de l'emploi dans le secteur ne survivrait pas à une potion trop amère", prévient Jacques Chanut.

Par ailleurs, si la FFB salue la réforme du RSI et juge la réforme du marché du travail "louable", elle s'inquiète en particulier du développement de la micro-entreprise. Une défiance que défendait déjà son président en avril. Pour cela, elle plaide pour limiter le statut à deux ans et le renforcement des contrôles.

)