Mon compte Devenir membre Newsletters

La Capeb présente ses combats pour le bâtiment à Emmanuel Macron

Publié le par

Accès aux marchés publics, lutte contre la concurrence déloyale, fiscalité des entreprises... Mardi 10 novembre 2015, la Capeb, par la voix de son président Patrick Liébus, a livré à Emmanuel Macron ses propositions pour soutenir la reprise dans le bâtiment.

La Capeb présente ses combats pour le bâtiment à Emmanuel Macron

Au lendemain de l'annonce de l'élargissement du prêt à taux zéro, visant à favoriser l'accession à la propriété pour un plus grand nombre de personnes, et ainsi à relancer l'immobilier et le bâtiment, Patrick Liébus, président de la Capeb, a rencontré Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, de l'industrie et du numérique, mardi 10 novembre 2015. Il lui a présenté des mesures ayant pour vocation de favoriser la reprise dans le secteur du bâtiment. Ainsi par exemple :

- pour améliorer l'accès des TPE aux marchés publics, la Capeb appelle à rejeter systématiquement les offres anormalement basses ou encore à réduire le nombre d'informations demandées aux entreprises candidates à un marché public.

- pour lutter contre la concurrence déloyale, la Capeb préconise de multiplier les contrôles sur les petits chantiers, ainsi que le week-end, le soir et les jours fériés, ou encore de renforcer les moyens budgétaires pour ces contrôles.

- pour optimiser la fiscalité des TPE, la Capeb invite à soutenir la recommandation de la mission parlementaire sur la BPI afin d'optimiser la distribution des prêts aux TPE et à organiser des assises sur les problèmes de trésorerie des TPE.

Autres mesures défendues : la préservation du CITE pour encourager les particuliers à réaliser des travaux d'amélioration de la performance énergétique et l'assouplissement de l'Eco-PTZ.

Défendre la qualification des artisans

Par ailleurs, la Capeb a réagi à l'annonce par le Ministre de l'Economie du projet de loi Noé (nouvelles opportunités économiques), la veille de cette rencontre. " La réduction du niveau de qualification requis pour s'installer comme artisan nous inquiète. Tous les métiers du bâtiment doivent suivre entre dix et quinze formations obligatoires à la santé et à la sécurité ", avertit Patrick Liébus.

Pour précision, constatant que " l'économie numérique crée naturellement de l'activité dans (...) les emplois peu qualifiés ", le projet de loi Noé souhaite s'appuyer sur le développement du numérique pour encourager la création d'emplois de ce type. C'est du moins ce que précise le dossier de présentation en ligne sur le site du Ministère. " Il s'agit de revoir les exigences de qualification de manière très fine, sur des critères objectifs de sécurité des consommateurs. Mais aussi de rendre ces qualifications accessibles (durée et coût) (...) Il existe des dizaines, voire des centaines d'activité soumises à qualifications obligatoire, sans que l'on puisse comprendre pourquoi (...) celui qui perce des murs porteurs vs celui qui repeint les volets ".


Mot clés : Capeb

La rédaction

)