Mon compte Devenir membre Newsletters

Apprentissage : boulangerie et bâtiment, les secteurs qui forment le plus

Publié le par

Quelle est l'implication des TPE artisanales dans l'apprentissage, quels sont les secteurs d'activité concernés, et quel est le portrait-robot des apprentis embauchés ? Etat des lieux avec l'Institut supérieur des métiers et MAAF Assurances dans un baromètre de l'artisanat dévoilé en juillet 2016.

Apprentissage : boulangerie et bâtiment, les secteurs qui forment le plus

160 000. C'est le nombre d'apprentis formés dans les TPE artisanales en 2013-2014, selon un baromètre1 de l'artisanat réalisé par l'ISM (Institut supérieur des Métiers) et MAAF Assurances, dévoilé en juillet 2016. Soit 37 % des apprentis formés en France à cette époque. " L'artisanat maintient donc un poids élevé dans l'effort d'apprentissage, bien au-delà de son poids dans l'emploi salarié marchand qui est de 9 % ", analysent les réalisateurs de l'étude dans un communiqué.

Et ce, malgré une baisse du nombre d'apprentis par rapport à l'année précédente (de 4 % en moyenne, et jusqu'à 11 % dans le BTP). "Raison conjoncturelle", avance la MAAF. " Entre 2010 et 2013, les TPE de l'artisanat ont perdu 54 000 emplois salariés et 12 000 entreprises employeuses, alors même qu'elles accueillaient la majorité des apprentis", développe Bruno Lacoste, directeur marketing et communication de l'assureur, dans un communiqué. Reste que 9 % des salariés des TPE artisanales sont des apprentis, contre seulement 3 % dans les PME de plus de 20 salariés du même périmètre d'activité.

Apprentis : qui sont-ils ?

Trois apprentis sur quatre sont des hommes. Voire (beaucoup) plus dans certains secteurs : la proportion monte à 96 % dans le BTP, qui reste extrêmement masculin bien que certaines professions se féminisent, comme celle de peintre-applicateur de revêtement. A l'inverse, et sans surprise, les apprenties femmes sont les plus présentes dans la coiffure, les soins de beauté, le commerce de fleurs et la blanchisserie de détails.

Leur niveau de diplôme évolue. Si 64 % des apprentis ont un CAP, les titulaires d'un brevet ou bac professionnel sont 29 % contre 12 % en 1995 et les entreprises artisanales sont de plus en plus nombreuses, entre 2012 et 2014, à former des apprentis à des diplômes de l'enseignement supérieur.

Ils sont également, dans les TPE artisanales, plus jeunes que la moyenne des apprentis (47 % de mineurs contre 32 % dans l'apprentissage en général). " Cette structure d'âge des apprentis trouve son explication dans la nature des diplômes préparant aux métiers, majoritairement de niveau 5, dont l'entrée se fait traditionnellement après le collège ", expliquent MAAF Assurances et l'ISM.

Apprentis : où travaillent-ils ?

La place de l'apprentissage diffère beaucoup d'un secteur d'activité à l'autre. Les secteurs les plus enclins à employer des apprentis sont les métiers de bouche, et tout particulièrement la boulangerie (24 700 apprentis en 2013), et le bâtiment (53 600 apprentis, huit spécialités confondues).

Même variation d'une région ou département de France à l'autre. La Haute Normandie et les Pays de la Loire forment le plus d'apprentis proportionnellement au nombre de TPE artisanales qu'elles accueillent, contrairement, par exemple, au Limousin. Tout en bas du classement, " l'Ile-de-France (...) est la région qui forme le moins proportionnellement à son tissu d'entreprises ", note l'étude.

Top 15 des secteurs les plus employeurs d'apprentis en 2013 :

1. Boulangerie et boulangerie-pâtisserie : 24 700
2. Coiffure : 19 000
3. Réparation automobile : 10 400
4. Maçonnerie générale : 9 500
5. Services d'aménagement paysager : 8 600
6. Travaux d'installation électrique : 8 000
7. Travaux d'installation d'eau et gaz : 7 300
8. Menuiserie bois : 6 700
9. Travaux de miroiterie, vitrerie, peinture : 5 900
10. Boucherie : 4 800
11. Installation de climatisation, chauffage : 4 100
12. Commerce de détail de fleurs : 3 800
13. Soins de beauté : 3 800
14. Travaux de couverture : 3 500
15. Pâtisserie : 3 200

Source : baromètre de l'artisanat ISM/MAAF, juillet 2016

1 Étude fondée sur des données du Sifa (Système d'information de la formation des apprentis) lancé par la DEPP (Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche). SIFA offre une photographie de la situation des apprentis au 31 décembre de chaque année en s'appuyant sur une remontée statistique des CFA (et non pas d'un questionnaire). L'étude porte sur les apprentis, en formation au cours de l'année scolaire 2013-2014, et employés dans des TPE artisanales. Le SIFA comprend les données de 430 000 apprentis (soit l'ensemble des apprentis scolarisés au 31 décembre 2013 en France) traitées par l'ISM pour isoler ceux en contrat dans des TPE artisanales (156 600).

)