Mon compte Devenir membre Newsletters

Les TMS, grands oubliés du DU dans les entreprises du BTP

Publié le par

Le document unique d'évaluation des risques, obligatoire dans le bâtiment dès 2020, commence à être mis en place selon une étude. En revanche, des disparités dans sa mise en oeuvre et la méconnaissance des salariés persistent.

Les TMS, grands oubliés du DU dans les entreprises du BTP

Prévenir les accidents et limiter les risques liés à l'activité professionnelle, tels sont les objectifs du document unique d'évaluation des risques (DUER). Depuis le 8 décembre 2015, le Plan Santé au Travail 3 rend obligatoire aux entreprises du BTP de procéder à la mise en place de ce document unique (DU) d'ici à 2020.

Une étude de l'Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP) a engagé une grande enquête, avec ViaVoice, sur la mise en place de ce document au sein des entreprises du bâtiment. L'enquête révèle que 82 % des entreprises interrogées indiquent avoir déjà mis en place ce document.

Toutefois, face à ce chiffre global, des disparités existent en fonction de la taille des entreprises. Celles employant plus de 20 salariés sont 97 % à l'avoir réalisé alors qu'elles ne sont que 76 % parmi les TPE de moins de cinq salariés.

Des différences qui apparaissent également au niveau des corps de métiers. Le second oeuvre (78 %) et le gros oeuvre maçonnerie (80 %) sont les moins bien équipés, à l'inverse des métiers de la charpente et de la couverture (91 %).

Toujours selon les résultats de l'étude, la réalisation du DUER résulte pour 84 % des entreprises de l'obligation légale. Elles ne sont qu'une sur cinq à motiver la mise en place du DUER par leur volonté d'améliorer les conditions de travail de leurs salariés.

TMS : les oubliés de la prévention

Parmi les risques les plus anticipés par les acteurs du bâtiment, l'OPPBTP précise que les entreprises sont 42 % à prévenir les chutes liées à la hauteur, de plain-pied ou d'objets. À l'inverse, les troubles musculosquelettiques - maladie qui coûte près d'un milliard d'euros par an aux entreprises - ne concerne que 6 % des entreprises.

Le document unique, instauré en 2001, mentionne l'ensemble des risques professionnels encourus par tous les salariés ainsi que les actions de prévention et de protection à mettre en place. Pourtant, l'étude révèle que près d'un salarié sur deux (48%) n'a pas connaissance de l'existence du document unique. Un chiffre qui atteint 56 % dans les entreprises de 6 à 9 salariés.

Face à l'échéance de 2020, les entreprises expliquent principalement la non-réalisation du DUER par le manque de temps pour plus d'une sur deux (54 %).

L'étude de l'OPPBTP et ViaVoice a été réalisée du 20 février au 20 mars 2016 sur un échantillon de 1103 entreprises du BTP.

)