Mon compte Devenir membre Newsletters

Accessibilité : un levier business à saisir

Publié le par

Rendre les locaux qui accueillent du public accessibles aux personnes souffrant d'un handicap, aménager des logements répondant à ces normes exigeantes, certains se sont positionnés sur ce marché porteur. Saurez-vous aussi en tirer profit?

Accessibilité : un levier business à saisir

Selon les Maisons départementales des personnes handicapées, 12 millions de Français sont porteurs d'un handicap, 5,5 millions se déclarent en situation de handicap et 850 000 souffrent d'une mobilité réduite. La loi du 11 février 2005 avait fixé un délai de dix ans pour rendre les lieux publics, les écoles, les habitations, les transports et la voirie accessibles à toutes ces personnes. Tandis que l'échéance de 2015 approche à grands pas, on ne peut pas dire que le raz-de-marée escompté soit arrivé.

Dans un rapport intitulé "Réussir 2015", publié en 2013, le projet était jugé "irréaliste". Face à la difficulté de respecter cette échéance, le gouvernement a dû réagir. Au mois de février, un Agenda d'accessibilité programmée (Ad'AP) a été proposé. Il offre des délais supplémentaires pour se mettre en conformité. L' échelonnement des travaux est désormais augmenté de trois ans pour les commerces, de six ans pour les écoles et de neuf ans pour les transports ou les "patrimoines complexes". Avec les Ad'AP, établissements publics et entreprises privées qui ne sont pas encore en conformités s'engagent à réaliser l'ensemble des aménagements nécessaires en respectant un nouveau calendrier. Ils évitent ainsi les sanctions pénales prévues par la loi à l'échéance du 1er janvier 2015. Face à de tels aménagements, les professionnels du bâtiment ont tout à gagner à répondre présents car, malgré l'adaptation du calendrier, l'ampleur de la tâche reste considérable. Les commerçants et collectivités locales vont devoir se positionner rapidement pour mettre en place des programmes d'aménagement. Une mine d'or potentielle pour les artisans.

S'adapter au marché

" L'accessibilité est un problème finalement assez complexe, car nous devons répondre à des problématiques diverses ", explique David Durand, chargé d'affaires pour Coren Access, entreprise spécialisée dans l'aménagement. La compréhension des enjeux, des techniques, mais aussi la gestion du budget ou encore l'organisation des travaux en eux-mêmes " impliquent à la fois une très grande souplesse et une réelle capacité d'écoute ", précise le responsable. Lorsqu'il est question d'aménager, par exemple, des maisons de retraite, les ouvriers doivent prendre en compte les difficultés des résidents âgés.

S'il s'agit d'un établissement recevant du public (ERP), la continuité de l'activité, durant la durée des travaux, exige une mise en sécurité scrupuleuse des accès. " Si vous n'êtes pas en mesure d'analyser et de considérer l'ensemble des contingences, il sera difficile de tirer profit de la manne d'activité formidable que représente la loi du 11 février 2005 ", prévient David Durand.

Faut-il se réjouir de cette échéance reculée ? Les professionnels sont divisés sur la question. Les uns s'en ­félicitent, considérant que l'aménagement du calendrier permettra d'éviter les goulots d'étranglement. D'autres, en revanche, à l'image de Pierre Chapelot, gérant et fondateur d'Adapt'06 (voir l'encadré ci-dessus), estiment que ce délai incite à une certaine latence dans le déploiement des projets d'aménagement des ERP. Le pic d'activité escompté serait ­simplement reculé, en fin de compte.

Faut-il impérativement être labellisé ?

Reste que l'enjeu est bien réel pour les TPE du bâtiment. Parmi les points essentiels pour se placer sur les travaux d'accessibilité, il faut pouvoir revendiquer certains savoir-faire spécifiques. Il est finalement assez simple, en se rapprochant de différentes organisations professionnelles, comme la Capeb ou la FFB, de connaître l'ensemble des normes qui régissent la mise en accessibilité d'un établissement recevant du public. Mais il est judicieux de communiquer sur ces savoir-faire. " Nous avons fait le choix d'être labellisés. À nos yeux, c'est un élément important, même si l'on peut regretter que dans les appels d'offres des collectivités, par exemple, présenter un label ne soit pas un critère déterminant ", explique David Durand.

Coren Access, labellisée depuis 2011, fait partie des précurseurs. Elle est ainsi la première entreprise labellisée en Aquitaine. " Cela nous oblige à justifier d'une certaine expérience dans le domaine de l'accessibilité. Nos équipes suivent d'ailleurs des formations pour la mise en oeuvre de techniques ou de matériaux particuliers, mais cela nous ouvre également de nombreuses perspectives ", poursuit-il. À ce jour, il existe deux principaux labels. La première, la marque Les Pros de l'accessibilité est délivrée par la Fédération française du bâtiment (FFB). Pour l'obtenir, il faut suivre la formation en accessibilité des bâtiments, laquelle s'étend sur deux journées (www.formation-batiment.fr). L'autre label, qui est délivré par la Capeb, cette fois-ci, est appelé Handibat (www.handibat.info).


José Roda

)