Mon compte Devenir membre Newsletters

Les dirigeants de TPE et de PME pas au top de leur forme

Publié le par

Pour 58 % des dirigeants, le stress représente aujourd'hui la principale raison de la détérioration de leur état santé, alors qu'ils n'étaient que 38 % à dresser ce constat en 2015. Un bilan plutôt alarmant que dresse la Fondation MMA Entrepreneurs du Futur dans une étude publiée le 13 avril 2017.

Les dirigeants de TPE et de PME pas au top de leur forme

Un entrepreneur sur quatre juge que son état de santé s'est détérioré ces cinq dernières années. Pour 58 % des chefs d'entreprise, le stress représente aujourd'hui la principale raison de la détérioration de leur état santé, alors qu'ils n'étaient que 38 % à dresser ce constat en 2015. Un bilan plutôt alarmant que dresse la Fondation MMA Entrepreneurs du Futur dans une étude publiée jeudi 13 avril 2017.

Le stress éprouvé par les entrepreneurs découle du manque de trésorerie (pour 59%) des incertitudes sur l'avenir de l'activité de l'entreprise (55 %) ou d'une surcharge de travail (pour 56 %).

Conséquences? Les troubles physiques font partie du quotidien des entrepreneurs avec des douleurs identifiées : mal de dos (57 %), souffrances articulaires (48 %) ou migraines (27 %). Des affections qui découlent selon eux de mauvaises postures liées à leur activité (53 %) ou à un manque de temps pour effectuer leur travail (47 %). Pour autant, la part des répondants qui déclarent ne pas éprouver de douleurs particulières augmente, 25 % en 2017 contre 20 % en 2016.

Une difficulté à concilier vie perso et vie pro

Les affections "psychiques" semblent moins présentes. 51 % des entrepreneurs interrogés avouent avoir connu une baisse de moral (contre 55 % en 2016), 49 % éprouvé de l'anxiété (52 % en 2016) et 45 % constaté des sautes d'humeur (50 % en 2016). Au global ils sont plus nombreux que l'an passé à estimer de pas souffrir d'affection morale particulière.

Seuls 8 % des chefs d'entreprises sondés indiquent avoir été arrêtés par leur médecin lors des 12 derniers mois. Pour près d'une personne interrogée sur deux, cet arrêt a eu un impact sur l'activité de l'entreprise (10 points de plus qu'en 2016). Plus d'un dirigeant sur quatre pointe les problèmes de santé comme facteur négatif sur leur performance.

Autre enseignement de l'étude: près d'un chef d'entreprise sur deux avoue rencontrer des difficultés pour concilier vie personnelle et vie professionnelle. 62 % expliquent manquer de temps pour pratiquer une activité physique plus soutenue.

Une meilleure hygiène de vie

Les entrepreneurs sont pourtant très conscients de l'impact positif de certains comportements pour rester en forme. Ainsi pour 86 % une bonne alimentation, une qualité de sommeil, des activités physiques ou de réflexion pourraient agir sur la performance de l'entreprise.

Les personnes interrogées estiment d'ailleurs avoir une bonne hygiène de vie (87 %). Pour rester en forme, 87 % privilégient des moments de détente en famille, 87 % un régime alimentaire sain, 78 % le sommeil et 66 % la pratique d'une activité physique.

À noter que 40 % des entrepreneurs s'astreignent à un exercice de "déconnexion" comme démarche pour rester en forme. Autre bonne nouvelle: les entrepreneurs commencent par ailleurs à s'ouvrir à la possibilité de se faire aider. Près d'un tiers avoue ressentir parfois le besoin d'être accompagné dans la gestion du stress.

Méthodologie: étude réalisée par l'institut OpinionWay pour la Fondation MMA des Entrepreneurs du Futur auprès d'un échantillon de 1 504 dirigeants d'entreprises, représentatif des entreprises françaises de moins de 50 salariés. L'échantillon a été interrogé par téléphone du 7 février au lundi 13 mars 2017.
)