Les équipements de protection individuelle s'offrent un lifting

Publié par le | Mis à jour le
Les équipements de protection individuelle s'offrent un lifting

Longtemps portés sous la contrainte, les équipements de protection individuelle (EPI) sont à présent plus désirables. Jusqu'à devenir tendances? C'est en tout cas leur nouvelle ambition.

  • Imprimer

" Aujourd'hui, neuf artisans sur dix portent une protection individuelle complète, contre 20 % il y a dix ans. " C'est le constat que dresse, en guise d'introduction, Julien Bourgault, responsable national chez Difac, spécialiste en équipements de protection individuelle. Cet intérêt grandissant pour les équipements de protection individuelle (EPI) s'explique en partie par une offre élargie qui répond mieux aux besoins et aux envies des artisans. " La génération Y est plus soucieuse de son look que les précédentes, y compris sur les chantiers. En réponse, les fabricants conçoivent des EPI modernes et confortables, empruntant les standards qui ont contribué aux succès de la mode sportswear ", résume Marc Jacouton, directeur de la communication et développement durable du groupe textile Cepovett. Ce qui se traduit par des produits et accessoires résolument plus design, ergonomiques et personnalisables à souhait.

Depuis quelques années, les fabricants ont repensé leurs gammes d'EPI. Et jouent à fond la carte de la personnalisation. Preuve en est avec le catalogue pour femme qui ne cesse de s'étoffer (chaussures, lunettes, gants, vêtements, etc.) au gré des plébiscites.

D'autres exemples confirment ce changement, comme la protection auditive qui fait dans le sur-mesure. " Porter des bouchons d'oreille antibruit moulés est actuellement très tendance ", avance Steve Koenig, créateur et dirigeant de la société E.koenig, vente en ligne d'équipement de protection individuelle. Une niche qui tendrait d'ailleurs à se démocratiser, d'autant plus que certains spécialistes se déplacent directement sur les chantiers pour la prise d'empreintes du conduit auditif de l'acquéreur. " Les protections auditives sur mesure ne représentaient pas plus d'1 % du marché il y a cinq ans, contre 5 % aujourd'hui. Emboîtant le pas aux salariés de grandes structures, les artisans indépendants commencent à s'équiper. D'autant que ce produit, qui coûte entre 100 et 300 euros HT, est fortement recommandé par la médecine du travail. Il garantit un haut niveau de confort quotidien et de protection contre le bruit, sans isoler totalement le porteur de son environnement ", confirme Catherine Ledig, chef de produit EPI chez Würth France, spécialiste du matériel et de l'outillage à destination des professionnels.

Le constat est équivalent en matière de protection des yeux, avec le lancement massif de lunettes anti-buée anti-rayures ou de modèles de protection à mémoire de forme à des prix accessibles (en deçà de 10 euros HT). Ou encore de lunettes de sécurité à verre correcteur, un segment en forte progression. " Les fabricants s'offrent plus de liberté sur les couleurs des lunettes et des verres. Les verres fumés sont par exemple indiqués lorsque l'employé est amené à travailler en extérieur ", indique Steve Koenig (E.koenig).

Toujours plus de confort et de praticité

Plus globalement, l'accent semble avoir été porté sur le confort et la praticité des EPI. Le casque de sécurité a ainsi vu son poids " divisé par deux en cinq ans ", souligne Julien Bourgault (Difac). Ses coloris se sont multipliés et vivifiés, contribuant à accroître la visibilité des artisans. De surcroît, la technologie de centrage et de serrage a évolué, facilitant le réglage. " Des modèles arborant un design plus profilé ont dernièrement fait leur apparition ", précise Steve Koenig (E.koenig).

Bien sûr, les gants de protection n'ont pas échappé à un lifting complet, avec la sortie de modèles multirisques (protection mécanique et chimique), anti-coupure, anti-froid, seconde peau, etc. " Le marché des gants de protection a connu de profonds changements ces dix dernières années. Les gants en textile tricoté enduit sont aujourd'hui préférés aux traditionnels gants en cuir, sauf chez les soudeurs ou les mouleurs où ils restent irremplaçables ", commente Catherine Ledig (Würth France).

Les prix sont tout aussi variés, entre un et 150 euros HT la paire. " Apparus il y a deux ans, les gants qui permettent à leur utilisateur de pianoter sur l'écran tactile de leur téléphone portable sont très à la mode ", rapporte Catherine Ledig.

Fanny Perrin d'Arloz

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet