À peine entrée en vigueur, l'efficacité de la RT 2012 est remise en cause

Publié par le | Mis à jour le

Applicable à tous les bâtiments neufs depuis le 1er janvier 2013, la RT 2012 est jugée peu efficace par l'Institut pour la conception écoresponsable du bâti. Les logements RT 2012 affichent 30 ou 40 % de gains réels de consommation d'énergie, contre 50 % attendus.

  • Imprimer

Alors que la RT 2012 est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2013 dans les bâtiments neufs, son efficacité est déjà remise en cause par une étude menée par l’Institut pour la conception écoresponsable du bâti (Iceb). " Sur certains bâtiments, en fonction de leur typologie, on est à 30 ou 40% de gains réels de consommation d’énergie, contre 50% attendus ", estime Alain Bornarel, vice-président de l’Iceb, qui s’appuie sur des calculs prévisionnels de consommation. Or, la France s’est engagée en 2007 lors du Grenelle de l’environnement sur un facteur 4, à savoir la réduction des émissions de gaz à effet de serre par 4 d’ici à 2050.

Un cri d’alerte qui a pour objectif de sensibiliser les professionnels." Les maîtres d’ouvrage notamment ont une vision à très court terme. Ils réalisent en période de crise des arbitrages financiers mais les économies qu’ils concèdent aujourd’hui sur les bâtiments auront des conséquences néfastes à moyen terme", poursuit Alain Bornarel.

L'isolation thermique par l'intérieur remise en cause

Pour remplir les critères du Grenelle et éviter de devoir réhabiliter les bâtiments neufs dans plusieurs années, il convient selon l’Iceb de travailler sur l’enveloppe des bâtiments par le biais d’une isolation par l’extérieur plus importante et des récupérations d’apport solaire pour couvrir une bonne partie du chauffage des logements. Autre préconisation : le respect des règles sanitaires de ventilation par la mise en place d’une ventilation double flux. Une solution qui combine un débit de ventilation important et une économie d’énergie conséquente. " Les systèmes actuels portent atteinte à la qualité de l’air et à la santé des occupants ", assure Alain Bornarel, rappelant que le facteur 4 n'est pas un luxe, mais une nécessité incontournable.

Mallory Lalanne

Mallory Lalanne

Chef de service

Après avoir enregistré différentes expériences en presse généraliste, télévision et radio, j’ai décidé de rejoindre en 2010 l’univers de la presse professionnelle. [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet