BTP : le secteur se fissure encore

Publié par le - mis à jour à
BTP : le secteur se fissure encore

Après une année 2014 marquée par une réduction de l'activité et une perte d'emplois, la Capeb s'interroge sur l'avenir du secteur du bâtiment. Elle livre ses prévisions pour 2015 et ses espoirs d'une baisse de la TVA sur l'ensemble des travaux.

  • Imprimer

Les professionnels du bâtiment, soumis à une baisse d'activité depuis onze trimestres consécutifs, verront-ils bientôt le bout du tunnel ? Rien n'est moins sûr... Tel est du moins l'avis de la Capeb, qui a présenté jeudi 22 janvier son bilan 2014 et ses perspectives 2015 pour le secteur. La Confédération observe ainsi un recul de 2% de l'activité globale sur l'année écoulée. Une tendance qui impacte aussi bien le marché du neuf (- 4,5%) que celui de l'entretien-amélioration (- 0,5%). Un facteur d'explication ? "Le travail sur la performance énergétique des bâtiments aurait dû être porteur mais n'a pas eu les effets souhaités. Même avec les accompagnements dont les entreprises ont pu bénéficier, ça ne décolle pas. Cela pose problème", s'inquiète Patrick Liébus, président de l'organisation patronale.

En pratique, le nombre de mises en chantier a baissé de 10% entre 2013 et novembre 2014. En janvier 2015, les carnets de commandes sont remplis à 67 jours seulement en moyenne, contre 87 en avril 2013, ou encore 71 trois mois plus tôt. De quoi fragiliser la trésorerie des artisans tout en réduisant leur visibilité sur leur activité.

Au total, 12 000 emplois ont été perdus en un an.

La TVA en question

L'horizon ne risque pas de s'éclaircir en 2015. "Pour l'année à venir, les chiffres se répètent, les prévisions restent moroses", expose Patrick Liébus, pointant cependant "des reculs moins importants" sur les douze prochains mois. La Capeb prévoit en effet pour 2015 un repli d'activité d'1 % au global (entre -3 et -4% sur le marché du neuf et +0,5 à 1,5% pour la rénovation), et la destruction de 8000 emplois.

Pour pouvoir redresser la tête, le président appelle notamment de ses voeux une révision de la TVA qui, depuis le 1er janvier 2014, s'établit à 10% pour les travaux d'amélioration, d'aménagement ou entretien du logement hors travaux de performance énergétique (soumis à un taux de TVA à 5,5%). "Il faut revoir à la baisse le taux de TVA sur l'ensemble des travaux afin qu'il soit plus incitatif et permette de lutter contre la concurrence déloyale", explique Patrick Liébus, qui précise aussi que "le taux à 5,5% est le plus favorable pour lutter contre toute forme de travail dissimulé".

Une revendication qu'il compte mettre sur la table lors d'une rencontre avec le ministre de l'Économie Emmanuel Macron prévue début février, pour échanger sur les évolutions du secteur et l'urgence à agir pour sauvegarder l'emploi et l'activité dans le BTP.

Amélie Moynot

Amélie Moynot

Journaliste

Journaliste depuis 2009, j’ai rejoint la rédaction de Commerce Magazine, Artisans Mag’ et Chefdentreprise.com en 2015. Mes domaines de prédilection : [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet