En ce moment En ce moment

Bâtiment : la crise va s'intensifier en 2013

Publié par le - mis à jour à
Bâtiment : la crise va s'intensifier en 2013

La Fédération française du bâtiment (FFB) anticipe une chute de 3,5 % de l'activité du BTP en 2013. Celle-ci a déjà baissé de 1,2 % en 2012, engendrant la destruction de 14 500 emplois.

  • Imprimer

La fin d'année est peu réjouissante pour les professionnels du bâtiment. En 2013, la production totale de bâtiments devrait reculer de 3,5 % en volume, hors choc exogène exceptionnel. C'est ce qu'a indiqué la Fédération française de bâtiment (FFB), mercredi 12 décembre, lors de sa conférence annuelle. 

Ainsi, le marché du neuf devrait chuter de 7,2 %, avec seulement 315 000 logements mis en chantier et 19,9 millions de mètres carrés de surfaces non résidentielles commencées (hors bâtiments agricoles). Concrètement, la production de logement neuf reculerait de 8,9 % et celle de non-résidentiel de 4,4 %. Heureusement, le recul limité à 0,5 % de l’activité en amélioration-entretien viendra amortir, en partie, le choc du neuf.

Au global, environ 40 000 emplois seraient détruits au cours de l’année 2013.

2012, une année morose

L'activité dans le BTP a finalement reculé de 1,2 % en 2012, contre une baisse anticipée initialement de 1,9 %. Les raisons sont multiples. Tout d'abord, une croissance économique très faible (+ 0,2 % en 2012) et une montée concomitante du chômage, qui n’incitent pas les ménages à s’engager dans des projets de long terme.

Ensuite, une forte chute de la distribution du crédit par les banques (selon Crédit Logement / CSA, en neuf, - 21,4 % sur les 11 premiers mois de l’année 2012 par rapport à la même période il y a un an). Enfin, la dégradation de l’environnement institutionnel en 2012 avec, d’une part, la suppression des différés de remboursement du PTZ+ neuf pour les ménages les plus modestes et, d’autre part, la forte diminution, de 21 % à 13 %, du montant de l’investissement plafonné du taux de réduction d’impôt en Scellier libre.

Tout cela a conduit à un repli du logement neuf (- 3,5 % en volume). Ainsi, les mises en chantier ont chuté de près de 20 % en 2012, pour atteindre seulement 341 000 logements commencés.

En revanche, le marché du non-résidentiel neuf se porte bien. Il progresse de 1,4 % en volume, notamment grâce au marché des bureaux (+ 6,6 %). Quant au marché de l’amélioration-entretien, il connaît un léger recul de 0,7 %.

Au total, 14 500 emplois (y compris intérim en équivalent temps plein) ont été détruits dans le bâtiment au cours de l’année 2012.

Julien Van Der Feer

Julien Van Der Feer

Rédacteur en chef

Rédacteur en chef d’Artisans Mag’ et de Commerce Magazine, l’univers de l’artisanat et du commerce est mon quotidien depuis 3 ans. Je suis passionné par [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet