En ce moment En ce moment

Bâtiment : une situation difficile mais pas désespérée

Publié par le - mis à jour à
Bâtiment : une situation difficile mais pas désespérée

Des logements neufs qui ne voient jamais le jour, plus de 50 000 emplois perdus... Si le début de l'année 2015 a été mauvais pour le secteur du bâtiment, la situation devrait, selon la Fédération française du bâtiment, se retourner dans les prochains mois.

  • Imprimer

Pas de bonne surprise début 2015 dans le secteur du bâtiment. Conformément aux prévisions, la baisse d'activité s'est poursuivie au premier semestre. C'est du moins ce qu'indique la Fédération française du bâtiment (FFB) dans un point sur la conjoncture et l'emploi, mardi 30 juin 2015. Le neuf, notamment, est impacté. Par exemple, le nombre de logements commencés a reculé de 6,1 % entre janvier et mai 2015, par rapport à la même période de 2014.

Rien de plus réjouissant, côté emploi. 51 500 emplois (salariés et intérim) ont disparu au premier trimestre 2015, comparé au premier trimestre 2014. "Le plus mauvais score enregistré depuis l'entrée dans la grande récession de 2008", souligne Jacques Chanut, président de la FFB, dans un communiqué.

Retrouvez les prévisions précédentes de la FFB ici et ici

Pour autant, selon l'organisme, les perspectives s'annoncent meilleures pour fin 2015 et début 2016. En particulier parce que le dynamisme du crédit immobilier devrait "très probablement" contribuer à une hausse des permis et mises en chantier d'ici à la fin de cette année.

Lutte contre le travail illégal

Afin de soutenir cette reprise qu'elle entrevoit, la FFB a également réitéré un certain nombre de requêtes à l'égard du gouvernement. Elle appelle à ce "qu'un nouvel effort soit engagé en matière de différés pour le PTZ+" (prêt à taux zéro), dans le but d'encourager la primo-accession.

Elle souhaite également que les pouvoirs publics précisent les conditions de la mise en oeuvre du RGE et avancent par ailleurs sur le financement de la rénovation énergétique des bâtiments publics.

Enfin, si elle se félicite des récentes avancées en matière de lutte contre le travail illégal, symbolisées, par exemple par la carte d'identification professionnelle rendue obligatoire, la Fédération voudrait également que les douanes puissent contrôler mais également verbaliser les infractions constatées sur les chantiers.

Amélie Moynot

Amélie Moynot

Journaliste

Journaliste depuis 2009, j’ai rejoint la rédaction de Commerce Magazine, Artisans Mag’ et Chefdentreprise.com en 2015. Mes domaines de prédilection : [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet