L'avenir de la filière bois s'éclaircit

Publié par le

Le salon Expobois publie son Observatoire annuel sur les métiers de la filière bois. Cette étude montre que les professionnels du secteur s'organisent pour trouver de nouveaux marchés.

  • Imprimer

Alors que s’ouvre le rendez-vous de la filière Bois, du 10 au 13 mars à Paris-Nord Villepinte, le traditionnel Observatoire du Bois vient à nouveau de paraître et affiche un certain optimisme des acteurs du secteur. Si, à court terme, ils se sentent plutôt affaiblis et envisagent une conjoncture globalement délicate d’ici à la fin de l’année (60%), la tendance devrait s’inverser à moyen terme. Ainsi, ils sont près de 42% à envisager le retour à l’optimisme d’ici 1 à 3 ans.

Comptant parmi les professionnels les plus optimistes pour les mois à venir : les acteurs du bâtiment et de la construction bois. Ils affichent un bel optimisme, tout particulièrement à l’horizon 2011. Principale raison à cela : un marché de la rénovation plutôt clément et prometteur. Pour Georges-Henri Florentin de la FCBA, l'Institut technologique forêt cellulose bois-construction ameublement : «Les constructions à ossature bois résistent parce qu'elles connaissent un regain d'intérêt. Dans la rénovation, le bois se porte bien grâce à ses propriétés thermiques et au fait qu'il se contente de structures légères, ce qui convient bien pour l'isolation par l'extérieur ainsi qu'aux toitures associées au photovoltaïque.» Les acteurs du marché misent aussi sur l'augmentation des mises en chantier de logements et l'impact des mesures consécutives au Grenelle de l'environnement.

Trois priorités s’imposent

Les priorités des acteurs de la filière bois demeurent les mêmes : trouver de nouveaux marchés pour résister et rétablir les investissements. Ainsi, ils sont 84% à vouloir pérenniser leurs structures en trouvant de nouveaux marchés. Suivent la volonté d’améliorer la productivité (78%) et d’élargir les gammes de produits (70%) dans le but d’accroître le chiffre d’affaires. La tendance est à l'automatisation des gros équipements pour améliorer la qualité des produits chez les scieurs, notamment, parce qu'ils s’orientent davantage vers la menuiserie. Le produit doit être, en effet, de bonne qualité pour pouvoir le retravailler.

Dernière priorité : la productivité avec l'optimisation et la réduction des déchets. L'Observatoire indique que le développement durable est entré dans les mœurs. 52% considèrent que les mesures environnementales les engagent à une gestion raisonnée des déchets, 44% s’attachent à une solution plus drastique des produits de traitement du bois, tandis que 42% d’entre eux vérifient la provenance et la certification du matériau bois acheté. L'étude montre néanmoins que les acteurs de la filière bois restent conscients des enjeux environnementaux, mais sous-exploitent encore cette opportunité.

Mallory Lalanne

Mallory Lalanne

Chef de service

Après avoir enregistré différentes expériences en presse généraliste, télévision et radio, j’ai décidé de rejoindre en 2010 l’univers de la presse professionnelle. [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet