Santé: gros coup de blues chez les artisans du bâtiment

Publié par le - mis à jour à
Santé: gros coup de blues chez les artisans du bâtiment

La nouvelle édition du baromètre Arti Santé BTP pointe la fragilité de l'état de santé psychique et psychologique des dirigeants du BTP. Une personne sur deux se considère comme fatiguée ou très stressée.

  • Imprimer

Les artisans du bâtiment se perçoivent globalement en bonne santé. Un état d'esprit positif qui ne reflèterait pourtant pas la situation dans laquelle se trouve une majorité de dirigeants. Selon l'édition 2015 du baromètre Arti Santé BTP publiée mercredi 02 mars 2016, la plupart des artisans souffriraient en réalité de douleurs musculaires (79%), tandis que près d'un sur deux accusent une fatigue importante et des troubles du sommeil (43%).

D'autres indicateurs, plus marginaux (affectant moins d'un artisan sur quatre) complètent ce tableau peu réjouissant : il s'agit notamment de troubles émotionnels (24%), de problèmes de vue (23%) ou encore d'audition (16%).

Facteurs explicatifs

Bien qu'ils bénéficient de facteurs "protecteurs" du stress (passion du métier, forte autonomie, soutien et reconnaissance sociale, bonnes relations sociales...), plus de la moitié des artisans du BTP (53%) sont ainsi victimes d'un stress chronique mettant en danger leur santé mentale et physique.

L'intensité du rythme de travail, de la pression des délais, du déséquilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, des exigences physiques et mentales de la fonction (95 %), le sentiment d'isolement (39%) sont autant de facteurs propices à l'altération de la qualité de vie et de travail des artisans du BTP.

La conjoncture économique jouerait également un rôle de catalyseur du phénomène de stress en renforçant le sentiment d'insécurité (fortes variations de l'activité, faible visibilité sur les commandes et l'avenir, difficultés de trésorerie...) et en accentuant les difficultés liées à la concurrence (multiplication des demandes de devis, réactivité, guerre des prix, contraintes de délais...).

Le manque de suivi médical - irrégulier voire inexistant pour 43% des artisans du BTP - n'arrange rien. Le corps dit "stop" et c'est le "burn out" (ou épuisement professionnel), avec le risque de maladies dépressives : 7% déclarent avoir fait un burn out, tandis que 28% pensent en avoir fait un. Il semble donc primordial pour un patron de prendre soin de son capital santé, en dégageant du temps pour soi, et en ne restant pas isolé.

Méthodologie : enquête réalisée en France métropolitaine, via un questionnaire administré en ligne auprès d'un panel représentatif de 2 783 chefs d'entreprise artisanale du BTP, de 0 à 20 salariés, en septembre et octobre 2015.
Mallory Lalanne

Mallory Lalanne

Chef de service

Après avoir enregistré différentes expériences en presse généraliste, télévision et radio, j’ai décidé de rejoindre en 2010 l’univers de la presse professionnelle. [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet