Mon compte Devenir membre Newsletters

Bâtiment : l'activité se dégrade fortement fin 2012

Publié le par

L'activité dans l'artisanat du bâtiment a marqué un repli brutal de 2,5 % au 4e trimestre 2012. Les perspectives annoncées par la Capeb pour 2013 ne sont pas meilleures.

Le secteur du bâtiment s'essouffle.

Le secteur du bâtiment s'essouffle.

L’artisanat du bâtiment va mal. C’est en substance ce qu’a indiqué Patrick Liébus, président de la Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) dans son point de conjoncture du 23 janvier 2013. La Capeb annonce en effet une diminution de 2,5% de l’activité globale du secteur au 4e trimestre 2012, avec un bilan qui s’établit à -1% sur l’année.

Et l'année qui commence ne s’annonce pas meilleure puisque, pour l’instant, la Capeb table sur – 3% en activité globale en 2013. Le secteur du neuf perdrait même 6%, tandis que l’entretien/amélioration se maintiendrait presque avec une baisse de 0,5%. Des chiffres qui semblent se confirmer par le peu de demandes de permis de construire déposés en mairie, mais aussi par les prévisions de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) annoncées le 12 décembre.

Un secteur à bout

"La pente devient vertigineuse et elle s’accentue, s’est attristé Patrick Liébus. Les trésoreries de nos entreprises sont exsangues, nous n’avons plus aucune visibilité à long terme. Les artisans travaillent à 15 jours, un mois." Les artisans du bâtiment sont au bord de la rupture. Ils l’ont prouvé en manifestant vendredi 18 janvier. "Nous étions plus de 10 000 à défiler en région et à Paris pour défendre notre activité", complète Patrick Liébus.

Cette mobilisation aura-t-elle suffi à alerter les pouvoirs publics ? La question reste en suspens. La Capeb attendant des propositions concrètes de la part du gouvernement, notamment au travers du Pacte pour l’Artisanat présenté en conseil des ministres mercredi 23 janvier.

L’emploi en danger

Cette baisse d’activité, en volume, pourrait ainsi avoir de lourdes implications sur l’emploi. 89% des entreprises interrogées par la Capeb et I+C prévoient de maintenir l’emploi à son niveau actuel. Donc de ne pas embaucher. 6 % envisagent même de licencier ou de ne pas renouveler les contrats au 1er semestre 2013. La Capeb considère que près de 20 000 postes pourraient disparaître dans l’artisanat en 2013. "D’ici un an et demi, nous prévoyons la destruction de près de 40 000 emplois dans la filière", conclut Patrick Liébus.

)