Mon compte Devenir membre Newsletters

Bâtiment : une conjoncture en dents de scie

Publié le par

Après une année relativement satisfaisante, les artisans du bâtiment craignent d'être touchés de plein fouet par le plan de rigueur annoncé par le gouvernement. Les prévisions pour 2012 font état d'une baisse d'activité, qui devrait s'établir à – 1 %, selon une étude de la Capeb.

L'année 2012 ne sera pas celle de la reprise. « Les prémices de croissance enregistrées en 2011 resteront sans suite. L'artisanat du bâtiment devrait enregistrer une baisse d’activité, probablement autour de – 1 %, du fait d’un second semestre en très net recul », a déclaré le 11 janvier Patrick Liébus, président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), lors de la présentation du bilan et des perspectives 2012 du secteur.

Le relèvement du taux réduit de TVA de 5,5 à 7 % dont bénéficiait le secteur, la disparition du dispositif Scellier, la limitation du plafond de ressources pour obtenir l’Éco-prêt à taux zéro et le coup de rabot sur les crédits d’impôts développement durable sont autant de mesures qui vont limiter les travaux de rénovation et les mises en chantier. Si pour les six mois à venir, plus de neuf entreprises sur dix envisagent de maintenir l'emploi au niveau actuel, les prévisions pour le second semestre semblent moins réjouissantes. La Capeb table sur une perte de 2 000 à 3 000 emplois, hors intérim.

Le logement et le bâtiment au centre de l'élection présidentielle

Les professionnels ne déposent pas pour autant les armes. La Capeb vient de publier un Livre Blanc destiné à interpeller les candidats à la présidentielle sur les grandes préoccupations des entreprises du bâtiment en matière de formation professionnelle, de développement durable et de promotion des métiers au travers de l'apprentissage. La confédération invite par ailleurs les candidats à prendre position sur l'ensemble des propositions lors de son assemblée générale, qui se tiendra les 11 et 12 avril prochains.

)