Mon compte Devenir membre Newsletters

La conjoncture réveille l'instinct de survie des TPE

Publié le par

En 2011, les TPE ont détruit des emplois et restent très prudentes pour l'année en cours. C'est ce que révèle le 45e baromètre de conjoncture trimestrielle réalisé par l'Ifop.

Les très petites entreprises ont détruit plus d'emplois qu'elles n'en ont créés en 2011. Si huit dirigeants sur dix sont parvenus à stabiliser leurs effectifs, 10 % d'entre eux les ont réduits. Ce sont les résultats d'une enquête de conjoncture trimestrielle réalisée par l'Ifop pour Fiducial et publiée le 21 février. Les réductions d’effectifs ont été plus nombreuses dans les entreprises de trois à cinq salariés (16 %) et les services aux entreprises (15 %).

Et pour 2012 ? Près de deux entreprises sur dix n’ont pas encore déterminé leurs objectifs en termes d’embauches (contre 45 % qui disent n’avoir aucune visibilité sur leurs perspectives sur le plan financier). Les trois quarts pensent toutefois stabiliser leurs effectifs et 7 % envisagent une nouvelle cure d'amaigrissement. Et 9 % seulement souhaitent les augmenter.

Les créations de postes prévues concernent dans une très large majorité des cas des métiers techniques ou de production (74 %). 29 % souhaitent faire appel à des commerciaux et 20 % à des secrétaires ou des comptables. Près de trois dirigeants sur dix font également part de leur difficulté à recruter des salariés motivés et compétents, notamment dans le secteur du BTP. Les TPE restent donc prudentes pour 2012. La hausse moyenne des salaires devrait, quant à elle, se limiter à 1,2 %. Mais 42 % des petits patrons assurent qu'elle sera nulle ou inférieure à 1 %.

)