Mon compte Devenir membre Newsletters

La filière photovoltaïque prend un nouveau coup de chaud

Publié le par

Le gouvernement s'apprête à réduire le tarif d'achat par EDF de l'électricité photovoltaïque produite par les particuliers, a affirmé le journal "Les Échos", dans son édition du 30 novembre.

Après le départ de Jean-Louis Borloo, le gouvernement s'apprête à réduire de nouveau le tarif de rachat de l'électricité photovoltaïque. Pas moins de sept ministres vont se réunir jeudi 2 décembre pour passer au peigne fin l'évolution de la filière photovoltaïque.

Comme le souligne "Les Échos", "Bercy souhaite contenir le volume des nouveaux projets à 500 mégawatts par an, en allouant des quotas pour les particuliers, les grandes toitures et les fermes au sol". Et ce, afin d'éviter une flambée des demandes. Le ministère propose donc de moduler les tarifs de rachat en fonction du nombre de projets en attente. Concrètement, si les particuliers dépassent leur quota trimestriel, qui sera fixé entre 25 et 37,5 mégawatts, le tarif proposé par EDF se verra donc réduit. Bercy évoque une baisse de 10% par rapport au prix actuel (58 centimes par mégawatt) comme base de négociation.

Le tarif de rachat par EDF de l'électricité produite à partir de panneaux solaires a déjà été abaissé à deux reprises cette année, pour "éviter des effets spéculatifs d'aubaine". Cette réduction globale de 12% ne concernait toutefois pas les petits producteurs particuliers d'électricité photovoltaïque.

Les professionnels prêts pour la concertation

Les professionnels, regroupés au sein du Ser et de sa branche photovoltaïque Soler, sont d'ores et déjà sur leurs gardes et préparent activement cette phase de concertation. Ils affirment qu’un certain nombre de déclarations relatives à la filière ne sont pas fondées, au vu notamment du nombre de projets qui devraient aboutir. "Les premières conclusions de l’étude Ser-Bipe (société d'études économiques) mettent en évidence un potentiel d’emploi très significatif dans la filière photovoltaïque, soit 52000 emplois en 2020 ", affirme Arnaud Mine, président de Soler.

 

)