Mon compte Devenir membre Newsletters

Travaux publics: de fortes menaces sur le tissu d'entreprises

Publié le par

Patrick Bernasconi, le président de la Fédération des travaux publics, a fait part hier de son inquiétude quant aux perspectives du secteur. Il craint une perte de 45000 emplois en 2010.

«Le premier semestre est peu rassurant.» Patrick Bernasconi, le président de la Fédération des travaux publics (FNTP), a fait part le 22 juin de son inquiétude quant aux perspectives du secteur.

Le début 2010 a été marqué par la conjonction de deux phénomènes, comme l’a rappelé Patrick Bernasconi. D'une part, les intempéries du premier semestre ont engendré un nombre record d’heures chômées (supérieur de 70% à la moyenne des 10 dernières années). D'autre part, les collectivités locales, dans une posture d'attentisme, n’ont souvent pas voté leur budget avant la mi-avril. En conséquence, le chiffre d’affaires a de nouveau baissé de 5% sur les 4 premiers mois de l’année et les marchés conclus se sont repliés de 3%. Quant aux appels d’offres, la baisse du nombre de lots enregistrée depuis le début de l’année est de 4% (avec notamment une baisse de 19% des appels d’offres provenant des départements). L’analyse détaillée des chiffres révèle cependant une situation très variée selon les régions.

En ce qui concerne le reste de l’année, le secteur ne pourra pas s’appuyer sur le faible redémarrage de la croissance française. Par ailleurs, les inquiétudes concernant l’investissement des collectivités locales se concrétise. Le dépouillement des 79 budgets des départements aboutit à une chute de 12% des investissements TP, de 7% des dépenses d’entretien et de 11% des subventions aux autres collectivités.

Cette accumulation de mauvais indicateurs conduit la FNTP à revoir à la baisse ses prévisions et à anticiper un recul du chiffre d’affaires de 3%. En trois ans, ce dernier sera réduit de 15% pour les entreprises de travaux publics.
Au-delà de 2010, malgré des annonces porteuses d’espoir, l’accumulation de mauvaises nouvelles accroît les risques pour les entreprises de TP et réduit la visibilité sur l’activité future. Si des projets majeurs (Euro 2016, Grand Paris, LGV Sud Europe Atlantique…) rassurent, d’autres sont moins encourageant comme le souligne Patrick Bernasconi, et notamment le plan d’économies budgétaires annoncées par l’État de 45Md€. Pour lui, «L’État et les collectivités locales ont une responsabilité: avoir un discours de transparence et de vérité pour que les entreprises puissent faire des choix. Il est important d’avoir de l’activité, mais il est encore plus important d’avoir une idée précise de l’évolution des marchés. Mieux vaut apprendre à temps qu’un projet est déprogrammé pour pouvoir ajuster la voilure.»

La FNTP a chiffré l’écart entre l’évolution du chiffre d’affaires et l’évolution de l’emploi: à productivité constante, il y a actuellement un sureffectif de 45000 emplois.

La fédération va également mettre en place, à compter du 28 juin, un numéro vert et diffuser des fiches pratiques aux entreprises leur rappelant les mesures qu’elle peuvent prendre et les aides dont elle peuvent bénéficier pour prévenir les difficultés et éviter les procédures collectives, dans les domaines juridique, fiscal, social et de la formation.
 

)