En ce moment En ce moment

ID-Sign : la 3D au service de l'artisanat

Publié par le - mis à jour à
ID-Sign : la 3D au service de l'artisanat

Benjamin Boudet mêle intimement l'art de l'ébénisterie à celui de la modalisation 3D. Un brassage à l'origine de réalisations uniques mariant design, esthétique et technique. Sa philosophie : "faire son métier dans les règles de l'art sous tous les aspects".

Je m'abonne
  • Imprimer

Pouvoir avancer à son propre rythme, s'inspirer des valeurs entrepreneuriales cultivées par son père, mettre les nouvelles technologies au service de son art... Benjamin Boudet sait depuis toujours la voie qu'il va suivre et a patiemment mis bout à bout les éléments nécessaires à la construction d'ID-Sign. Sa structure dédiée à l'ébénisterie et à l'agencement sur mesure haut de gamme exploite tous azimuts la modélisation 3D et la réalité virtuelle. Une trentaine de projets par an sont ainsi concoctés, mêlant matériaux nobles et haute technologie.

Avec son associé de toujours, Geoffrey Lion, Benjamin Boudet a aujourd'hui atteint son objectif: faire évoluer le métier d'ébéniste vers une version 2.0. Les acolytes ont tout d'abord passé leur Diplôme des Métiers d'Art option ébénisterie. Et Benjamin Boudet s'enorgueillit d'avoir été le premier à y avoir présenté ses projets en 3D : "Nous avons introduit la modélisation dans notre diplôme. Depuis notre passage, des cours de 3D sont délivrés au sein de ce DMA".

Dans la foulée, il a passé une licence Créa à l'IUT d'Amiens, indispensable pour acquérir les compétences nécessaires à la réalisation de son projet. Si la présence d'un "manue " sur les bancs de la Faculté a d'abord étonné, les mauvaises langues se sont très vite tues : Benjamin Boudet est sorti major de sa promotion. Là aussi la démarche a servi de modèle, et le cursus DMA plus licence s'est depuis démocratisé.

Le virtuel, une valeur ajoutée

La modélisation 3D sublime tous ses projets depuis le premier jour. Façon Steve Jobs, c'est tout d'abord dans le garage de sa mère que Benjamin Boudet a conçu ses premières pièces, en y insufflant son amour du détail. L'artisan designer compare son métier à celui de la restauration : "il y a ce que l'on a commandé et puis les petites choses qui viennent en plus, comme les amuse-bouche. Nous aussi, nous mitonnons de petites surprises nichées dans nos meubles. Si on obtient un "Waouuh" de surprise, notre but est atteint".

De fil en aiguille, le garage s'est transformé en atelier de 600 m2 aujourd'hui, de quoi héberger des équipements de dernier cri. 3D et modélisation contribuent à rendre chaque projet unique et surtout parfait. "Sur ordinateur, les créations sont pointues. D'une précision que ne peut rendre un dessin à la main, au centième de millimètre", explique Benjamin Boudet. Qui ajoute qu'il "faut mener un combat au quotidien pour maintenir un tel niveau de qualité. ID-Sign est perpétuellement en veille et investit chaque année davantage dans ce qui fait sa spécificité, la 3D. Nous venons d'acheter une machine de 80 000 euros. Il ne faut faire aucune économie de moyens".

Ce que ne démentent très certainement pas les clients qui peuvent prévisualiser leur commande avec des lunettes de réalité virtuelle Oculus. Le secteur du luxe, la niche que cible la société, est séduit. En projet figure l'aménagement du pont d'un super yacht alors qu'un meuble TV gainé de cuir et de bois vient d'être livré à Saint-Pétersbourg pour la modique somme de 40 000 euros.

Repères

Raison sociale : SARL ID-Sign

Activité : Ébénisterie et agencement sur mesure

Ville : Amiens (Somme)

Année de création : 2013

Dirigeant : Benjamin Boudet 28 ans et Geoffrey Lion 28 ans

Effectif : 5 personnes

CA 2017 : 450 K€

Je m'abonne

Ninon Symphorien

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet