En ce moment En ce moment

La PAC hybride, la synthèse de deux technologies pour en garder le meilleur

Publié par le - mis à jour à
La PAC hybride, la synthèse de deux technologies pour en garder le meilleur

La pompe à chaleur hybride gaz (PAC hybride) optimise la problématique de l'efficacité énergétique dans le bâtiment, en alliant deux technologies. Ce jumelage, entre une PAC électrique et une chaudière à gaz basse condensation, offre jusqu'à 60% d'économies d'énergie.

Je m'abonne
  • Imprimer

Un seul équipement qui combine deux technologies, il fallait y penser. Même si la PAC hybride est déjà présente sur le marché depuis une dizaine d'années, elle est davantage démocratisée chez nos voisins européens. En France, GRDF n'est moteur du sujet que depuis deux ans. Réputée pour sa fiabilité, elle émerge en réponse à la RT (réglementation thermique) 2012 pour les maisons neuves.

Une solution biénergie

La PAC hybride jumelle deux équipements, une PAC électrique, avec une version basse puissance et une chaudière à très haute performance énergétique. "Ce mariage permet d'exploiter les performances intrinsèques à chacun des deux équipements en fonction des conditions extérieures, explique Emmanuel Bavoux, responsable du pôle marché grand public GRDF. Cet arbitrage est réalisé par une régulation qui va passer d'un équipement à l'autre, avec une période de recouvrement où les deux fonctionneront. L'originalité, comme sur un véhicule hybride, c'est que l'on choisit la meilleure énergie au bon moment, afin d'optimiser la facture du client."

La PAC classique utilise les calories de l'extérieur, via la technologie de la thermodynamique. Lorsqu'il fait trop froid et que celles-ci sont insuffisantes, le système fonctionne avec un appoint électrique, qui fait appel à la production d'électricité carbonée. Ce cas de figure peut mettre en difficulté le réseau, avec des appels de puissance, c'est un inconvénient. En réponse à cela, la PAC hybride a recours à son appoint au gaz. Stockable et mobilisable, il permet de développer une puissance importante à tout moment.

Une réponse aux clients qui souhaitent faire des économies d'énergie

Ayant pour objectif d'économiser les énergies et d'alléger la facture du client, il est recommandé d'optimiser la puissance de l'équipement à la surface du domicile. "Si on prend l'hypothèse du remplacement d'une ancienne chaudière au fioul, on va aller jusqu'à 60% d'économie d'énergie. Le client pourra réaliser jusqu'à 40% d'économie sur sa facture. Cela permet de rentabiliser l'équipement," détaille Emmanuel Bavoux. À noter que la PAC est dotée d'une fonction rafraîchissement, et va donc être utilisable, été comme hiver.

Du côté des artisans, les industriels qui produisent et commercialisent les PAC hybrides réalisent des actions de formation. Pour eux, c'est un moyen de répondre à des clients qui recherchent à faire des économies d'énergie. Du côté de la pose, la majorité des paramètres sont programmés en usine, l'installateur aura simplement à expliquer au client comment cela fonctionne. "La prise en main est relativement simple, il n'y a pas de rupture, c'est simplement le couplage de deux technologies existantes," développe Emmanuel Bavoux. Le client a également la possibilité de gérer ces dépenses en énergie, même si le coût sera souvent l'arbitre final.

D'ici 2050, les pouvoirs publics ont projeté d'avoir un parc du bâtiment au standard BBC (bâtiment basse consommation) rénovation. Pour franchir ce pas important, plusieurs actions, comme le changement d'isolation, seront nécessaires au-delà du renouvellement des équipements de chauffage. La PAC hybride satisfait cette projection, avec une conception évolutive qui permettra de répondre à la baisse des besoins en énergie dans le temps.

Afin d'encourager cette transition, l'État a déjà mis en place des aides. Des primes versées par l'ANAH (agence nationale de l'habitat) sont disponibles sur le portail MaPrimeRénov'. Elles sont principalement destinées aux ménages ayant des revenus modestes. D'autres sont accessibles à tous, c'est le cas des primes dues au certificat des économies d'énergie, mis en place par les fournisseurs.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Julien Ruffet

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet