Recherche
Magazine Artisans Mag'
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Véhicules utilitaires : l'électrique arrive en force

Publié par le - mis à jour à
Véhicules utilitaires : l'électrique arrive en force

Annoncés depuis plusieurs années par les constructeurs et poussés par les pouvoirs publics, les utilitaires électriques débarquent désormais en nombre sur le marché. Sont-ils une alternative crédible aux versions diesel ?

Je m'abonne
  • Imprimer

Nous l'écrivions l'année dernière, la transition écologique n'est plus un voeu pieux, mais bien une réalité. Les entreprises qui disposent d'une flotte de plus de 100 véhicules auront l'obligation d'avoir 10 % de leur parc émettant moins de 60 g/km de CO2 d'ici le 1er janvier 2022 et 50 % huit ans plus tard. Si les petites flottes ne sont soumises pour l'instant à aucune contrainte de ce type, il n'empêche qu'elles devront tôt ou tard envisager de se pencher sur la question, car il est peu probable que les pouvoirs publics laissent leur volonté de verdir le parc automobile de côté.

Pour autant, malgré les beaux discours et les intentions louables, force était de constater que l'offre en énergies alternatives sur le véhicule utilitaire était assez réduite. Depuis dix-huit mois, la situation a profondément évolué. Les nouveaux modèles mis sur le marché ou à venir roulent électrique, sont hybrides rechargeables voire carburent au gaz naturel. C'est le cas par exemple de Volkswagen qui vient de dévoiler une version GNV de son nouveau Caddy Van, rejoignant ainsi le Fiat Doblo Cargo, tandis que Ford commercialise désormais sur le marché français une version hybride rechargeable de son Transit Custom. Pour rappel, il est possible de rouler environ 50 km en mode 100 % électrique avant que le moteur essence prenne le relais comme générateur.

Reste que les constructeurs font le focus sur l'électrique. Le groupe PSA, sans oublier Toyota qui a signé un partenariat industriel avec le Français, Mercedes, Volkswagen et Fiat ont tous intégré, ou sont sur le point de le faire, un modèle 100 % électrique dans leur gamme. Si l'électricité apporte plus de confort et d'agrément et surtout des émissions de CO2 réduites à néant, le coût d'acquisition reste encore très élevé et dans la plupart des cas, l'autonomie assez faible : entre 100 et 150 km pour les gros utilitaires et jusqu'à 330 km pour le trio Citroën ëJumpy/Opel Vivaro-e/Peugeot e-Expert.

Certes, nous sommes loin des 500 à 600 km possibles avec un fourgon diesel ; pour autant, cette technologie ne doit pas être systématiquement mise en opposition avec les moteurs thermiques, mais s'inscrire comme une alternative qui répond à des besoins bien spécifiques. D'ailleurs, à l'occasion du lancement de ses modèles électriques, PSA rappelait que 80 % des possesseurs de véhicules utilitaires parcouraient quotidiennement moins de 300 km.

"En théorie, notre solution électrique correspond aux besoins d'un client d'utilitaires sur deux en France", soulignait la marque lors de la conférence de presse. En outre, contrairement à une voiture particulière, l'usage de l'utilitaire est dicté par des besoins professionnels précis laissant peu de place à l'imprévu. "Dans cette approche, l'autonomie est un faux problème", souligne la marque.

De plus, il est assez facile de planifier la recharge ; avec une borne dédiée délivrant 7 kWh ou 11 kWh, le temps pour "faire le plein" varie entre 5 heures et 7 heures. Reste l'écart de prix qui peut atteindre les 10 000 euros HT. Il est important, mais il peut être compensé en partie par des frais d'entretien réduit et un budget carburant divisé jusqu'à dix.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande