En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

Un travail sur l'individuel et le collectif

Retourner sur les bancs de l'école pour soigner sa palette de connaissances ès conduite d'entreprise, c'est ce que propose notamment l'ESJDB (École Supérieure des Jeunes Dirigeants du Bâtiment). Son produit phare est la formation "entrepreneur du bâtiment". Elle s'organise en alternance sur deux ans. Elle intéresse aussi bien des dirigeants de TPE, que des conjoints ou des futurs repreneurs.

"Le but est d'enseigner de la gestion, mais aussi du management, de la stratégie, du commercial et du juridique, c'est-à-dire tout ce qui est de l'ordre du pilotage de l'entreprise, présente Guy Theillet, directeur de l'ESJDB. Le fil rouge pédagogique est de travailler sur son entreprise, à travers une dimension collective et une dimension individuelle." Ainsi, les stagiaires sont amenés à réaliser le diagnostic de leur entreprise en en analysant tous les événements des quatre dernières années.

Par exemple, ils étudient quel est le taux retour de leurs devis. Quels sont les facteurs d'échec ou de réussite ? Quelles sont les erreurs identifiées et à ne plus reproduire ? De même, ils sont invités à examiner leurs dernières liasses fiscales : tout est passé à la loupe afin d'établir des ratios et d'en tirer les bons enseignements. L'objectif ? Prendre du recul sur l'activité de leur entreprise, tout en les faisant réfléchir à la perception qu'ils en ont.

Au sein de ses modules de formation, l'ESJDB propose aux stagiaires de se projeter sur les quatre années à venir, pour mettre en lumière des projets à court et à moyen termes. "Ils travaillent sur l'ordonné, mais aussi sur le collectif, ajoute Guy Theillet. Nos stagiaires apprennent beaucoup entre eux, ils échangent voire parfois se confient. D'ailleurs, l'un de nos premiers modules porte sur la synergie avec le message suivant, 'ils peuvent gagner mais les uns avec les autres'Il n'y a pas de contenu, mais un travail sur l'esprit de promotion." Les stagiaires imaginent un blason de promotion, et travaillent ensemble sur un projet collectif : mise en place de vestiaires pour les SDF dans la ville de Caen, rénovation des quais d'accès d'Emmaüs pour décharger les produits en région parisienne, etc. "Nous leur demandons de repérer une association qui a des besoins en termes de travaux et ce sont eux qui doivent penser l'ingénierie du projet, le suivi de l'opération et son inauguration. Cet exercice est aussi très utile pour aborder les thématiques de la coordination, de la planification et de la communication, poursuit Guy Theillet. In fine, ils doivent sécuriser leur vocation de dirigeant. Dans la majeure partie, ils sont confortés dans leur choix. Ils formalisent le diagnostic, ils formalisent le plan de développement, ils peuvent donc piloter leur entreprise."

"La fonction de dirigeant nécessite de la rigueur"

C'est en tant que chargé d'affaires que Clément Brachet, dirigeant de Kaleo Menuiseries, rejoint la formation "Entrepreneur du bâtiment" de l'ESJDB en 2016. Ses attentes ? Apprendre toutes les bases de la gestion d'une entreprise, en vue de reprendre celle qui l'employait alors. "Je connaissais le côté opérationnel du métier, mais pas l'aspect gestion, juridique ou social, soit toutes les casquettes du chef d'entreprise qu'on ne voit pas forcément, commente Clément Brachet. Or, la formation m'a ouvert les yeux : la fonction de dirigeant nécessite de la rigueur. Dans mon entreprise, on naviguait à l'aveugle. Je n'étais plus d'accord avec les choix qui y étaient pris, j'ai donc créé ma propre société."

En 2018, nait Kaléo Menuiseries. Le patron, qui se dit très "pointilleux sur le pilotage de son entreprise", ne laisse rien au hasard. "Je fais des points réguliers sur ce qui va ou ne va pas, j'étudie mes marges et je prends des mesures pour rectifier si besoin", partage-t-il. Ses efforts paient puisque quatre mois après la fin de la formation, Clément Brachet embauche son premier salarié. Suivront un apprenti et un second salarié embauché en janvier dernier. "La relation avec la formation perdure au-delà des locaux de l'ESJDB. J'essaie toujours de mettre en application les enseignements que j'y ai reçus, mais c'est bien aussi d'avoir des piqûres de rappel", affirme Clément Brachet. Le dirigeant envisage donc de compléter ce qu'il a appris lors d'une nouvelle session de formation, dans les années à venir.

Raison sociale : Kaléo Menuiseries (Sasu)

Activité : Charpentes, menuiseries

Siège social : Chartres (Eure-et-Loir)

Année de création : 2018

Dirigeant : Clément Brachet, 30 ans

Effectif : 2 salariés

CA : NC


Je m'abonne

Céline Tridon

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet